L'Art de se laisser définir - Introduction

Publié le 22 septembre 2022 à 13:28

La Voix où l’Art de se laisser définir...

 

Bonjour à toutes et tous, voilà des mois que je n’ai pas ouvert la voile d’un nouvel article.

Actuellement, je ressens la question du sens de la vie très présente au cœur de chacun d’entre nous. Dans cette bascule éphémère, aussi fragile que les ailes d’un papillon, les accompagnements sont souvent riches de miroirs et de réflexion venant nourrir mon propre chemin.

La voix qui chante est fragile par sa vulnérabilité, cette aire là demande à être accueillie dans une infinie délicatesse. Je suis meurtrie de constater tant d’injonctions brutales portées par des professeurs, enseignants, ou soit disant proches bienveillants,  à leur élèves, familles ou amis, sur la nature même de ce qui les rend si humain, leur expression vocale.

La Voix rabrouée n’a qu’une envie, c’est se cacher. Elle est symptomatique de notre cœur et de ses émotions. Alors à quel moment avons-nous laissé l’autre nous définir à notre place ? A-t-on cédé sa voix à la nôtre ?

Qui sommes-nous pour juger et dire ce qui est aligné ou non chez l’autre ? Trop souvent encore, je reste sans voix face à cela. Mais j’observe toutefois que ce que l’on notifie chez l’autre révèle toujours de quelque chose de nous-même.

 

« Quand tu projettes sur moi ce qu’il me manque, de qui parles-tu ? De toi ou de moi ? »

 

Une amie me disait combien elle ressentait ce besoin de « se remplir d’elle-même » et c’est tellement ce que peux nous apporter notre voix, quand nous trouvons le courage de la laisser éclore malgré ses blessures et la peur du regard de l’autre.

Pour éclore, la vulnérabilité doit être reconnue comme une opportunité vers plus de sensibilité et de créativité. C’est pourquoi l’accompagnement dans une infinie conscience est si primordiale quand on parle de voix.

Retrouver le centre de soi par un simple fredonnement dans sa voix peut être le début du chemin pour retrouver les pleins pouvoirs de notre propre voix et savoir affirmer le territoire de notre esprit.

 Si tu ressens de la honte quand tu penses à ta voix, ce ne sont pas des idées qui viennent de toi. Ta voix t'a accompagnée depuis le début, bien avant tes premiers pas. Elle a été le vecteur de ta joie dans la découverte des sons, bien avant le conditionnement codifié des mots et du langage.

Observer les idées de ce que l’on perçoit de soi, commencer à trier le dehors du dedans, ouvriront le chemin vers une voix plus profonde, authentique et libre, aussi unique et vulnérable soit elle.

Notre voix est notre premier souvenir de découverte et de liberté, notre meilleure amie à vie, c'est ce qu'on nous à dit d'elle et de nous qui on commencé à nous faire douter.. Mais avant cela on y pensait même pas.

 

Un cœur aimant ne parle pas du manque d'amour, il aime.

Une voix bienveillante ne blâme pas, elle chante pour toi.

 

 

 


« 

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.